• Mercato: la fin des prêts, ça changerait quoi?

 #1023034  par Leakcim
 
Soucieuse de réformer le marché des transferts, la Fifa pourrait, lors d'un comité exécutif en octobre prochain, voter pour la limitation voire l'interdiction des prêts. Une mesure qui pourrait bouleverser le football actuel.
Une politique sportive à revoir
En cas d'interdiction des prêts, c'est toute une logique qui serait à revoir dans les clubs. D'abord au niveau de l'utilisation et de la formation des jeunes, souvent envoyés ailleurs pendant quelques temps pour s'aguerrir. Si cette pratique devenait impossible, il faudrait donc soit leur trouver une place au sein de l'équipe première, soit les vendre mais avec le risque qu'ils explosent ailleurs.

Il ne serait donc pas étonnant de voir s'insérer des clauses de rachat prioritaires dans certains contrats, comme le Real Madrid l'avait fait avec Alvaro Morata lors de son départ à la Juventus Turin en 2014. Pour les clubs au budget plus limité ou des divisions inférieures, les prêts étaient aussi le moyen idéal de se renforcer à moindre coût. Il faudrait donc se montrer encore plus ingénieux.

Les clubs filiales, un intérêt limité
Le PSG multiplie les pistes pour trouver un club filiale, où ses jeunes en manque de temps de jeu pourraient aller s'aguerrir. Mais si les prêts n'étaient plus autorisés, une telle démarche aurait moins de sens, puisque les passerelles entre les deux clubs seraient beaucoup moins faciles. Monaco, par exemple, ne pourrait plus prêter ses jeunes au Cercle Bruges, avec lequel les champions de France ont conclu un accord en mai dernier.




Quels clubs seraient les plus impactés?
Dans pas mal de clubs, on va scruter avec attention ce congrès de la Fifa en octobre. Car pour certaines écuries françaises ou étrangères, les prêts sont un moyen assez sûr de faire du business. En gros, ces clubs possèdent des effectifs énormes et multiplient les prêts. Seule une minorité de ces éléments reviendront jouer dans le club auquel ils appartiennent, puisque cette cession temporaire est surtout destinée à leur faire prendre de la valeur avant de les vendre.

En Ligue 1, Monaco est un habitué, avec onze joueurs prêtés cette saison, dont quatre au Cercle Bruges. A l'étranger, cela grimpe encore plus haut. La Juventus Turin a ainsi envoyé... une quarantaine de joueurs en prêts cette saison! Chelsea a une vingtaine d'éléments de son effectif en apprentissage ailleurs, et Manchester City à peine un peu moins.